Les assureurs s’apprêtent à accepter la légalisation de la marijuana à bras ouverts

Marijuana

Alors que les Canadiens commencent à compter les jours menant à la légalisation de la marijuana récréative, les compagnies d’assurance canadiennes le feront aussi, et personne ne sait combien de Canadiens se cachent dans le placard.

Statistique Canada a récemment annoncé qu’à l’échelle nationale, environ 4,2 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus ont déclaré avoir consommé du cannabis à des fins médicales ou non médicales au cours des trois derniers mois. Plus de la moitié (56%) des consommateurs ont indiqué qu’ils utilisaient une forme de cannabis de façon «quotidienne» ou «hebdomadaire». Cela représente un gros marché pour les compagnies d’assurance.

Lorsque les Canadiens se lèveront le 17 octobre, le jour où la légalisation sera en vigueur, de nombreuses sociétés d’assurance canadiennes auront déjà des lignes directrices en matière de souscription, pour encadrer une pratique plus répandue. « Ce qui était tabou deviendra bientôt la norme », déclare Martin Bailey, PDG de Karma Assurance. Les compagnies d’assurance établissaient auparavant des tarifs pour les clients qui consommaient de la marijuana, dans la même catégorie que les consommateurs de tabac. Cela signifiait que les Canadiens qui consommaient de la marijuana, mais non du tabac, payaient toujours des primes plus élevées, souvent le double.

Bien que les compagnies d’assurance utilisent de nombreux facteurs pour déterminer les primes, comme l’âge, le sexe, les antécédents familiaux et votre style de vie, fumer des cigarettes est la meilleure façon de doubler votre prime. La même chose était vraie pour quelqu’un qui utilisait de la marijuana de façon récréative. Mais maintenant, les souscripteurs ré-évaluent la situation et ont commencé à poser plus de questions.

Disons que vous avez 30 ou 40 ans, êtes marié, avez une carrière stable et que vous n’utilisez pas de produits du tabac ou n’abusez d’aucunes substances. Mais vous et vos amis aimez socialiser et partager un occasionnel joint le vendredi soir. En règle générale, vous allez recevoir des taux non-fumeur. Autrement, une personne qui n’utilise pas de tabac mais qui a peut-être déjà consommé de la drogue, manqué de stabilité au travail ou qui consomme de la marijuana chaque jour pourrait voir ses primes augmenter. « Ces deux profils de clients sont très différents », dit Martin, « et les assureurs ont commencé à le reconnaître. Ce que vous voyez essentiellement, c’est que les clients ne sont pas pénalisés parce qu’ils en fument occasionnellement et c’est une bonne chose pour les Canadiens. »

Il y a ensuite la question de savoir comment vous consommez de la marijuana. Les gens commencent à hésiter à fumer et beaucoup de Canadiens se retrouvent à essayer d’autres méthodes, notamment l’huile, les pilules, le vapotage ou la consommation de produits comestibles. Les souscripteurs ne s’intéressent pas seulement à la consommation de marijuana, mais à la fréquence, à la quantité et à la façon dont vous la consommez. Ils ont également commencé à se rendre compte qu’avec la légalisation à venir, vous n’achèteriez plus d’un vendeur sans licence, mais plutôt dans un établissement réglementé par le gouvernement fédéral avec des lignes directrices, des systèmes et des procédures strictes en place. Tout cela a aidé les compagnies d’assurance à adopter le changement plutôt qu’à l’ignorer.

Donc, devriez-vous toujours vous inquiéter de divulguer l’usage de la marijuana à une compagnie d’assurance? Il est toujours préférable pour les clients de donner une divulgation complète lorsqu’ils remplissent une demande d’assurance et ne pas avoir peur de divulguer cette information. La plupart des polices d’assurance vie, maladie grave et invalidité peuvent être annulées au cours des deux premières années, tandis que la fraude annule le contrat indéfiniment, ce qui signifie qu’une réclamation peut être refusée si l’intention était de frauder la compagnie d’assurance.

Alors que le Canada est en train de changer ses politiques pour devenir le premier pays du G7 à légaliser l’usage récréatif de la marijuana, les conseils que vous recevrez de votre courtier d’assurance changeront aussi. Nos conseillers chez Karma Assurance peuvent vous aider à naviguer les complexités de l’assurance en comprenant vos besoins et en travaillant avec vous pour déterminer les meilleures solutions possibles pour vous protéger et protéger votre famille.

Contactez-nous aujourd’hui.